Home FranceProvence-Alpes-Côte d'Azur Cols du Tronchet et Girardin, lac de Saint-Anne

Cols du Tronchet et Girardin, lac de Saint-Anne

by François

Lever matinal (7h20) après une nuit agitée pour moi : courbatures aux mollets de la sortie, mains grippées de ne pas avoir assez bu sur la route et mal de crâne. Tout rentre dans l’ordre après le petit déjeuner et les préparatifs de pic-nic.

On prend le camion pour aller jusqu’au fond du vallon, le parking est déjà bien rempli, en passant devant l’impressionnante cascade de la Pisse, que l’on verra mieux plus tard durant le séjour. Départ avec un peu de monde en forêt, ça monte assez raide mais avec plein de lacets. On le quitte tous car peu de volontaires pour le col du Tronchet. Belle grimpette sur un terrain assez ras.

Belle vue sur la vallée de Ceillac en arrivant au col du Tronchet, avec il semblerait un petit soucis de réglage de l’appareil photo pour une partie de la suite de la journée, ou alors le soleil est vrai trop fort aujourd’hui.

On décide de redescendre jusqu’au fond de la vallée pour admirer le petit village qui s’y niche, ce qui nous donne l’occasion de bien voir les premières vallées de l’Ubaye. Un bon gros troupeau de vaches brunes fait la sieste sur le sentier et les champs sont plein de pierriers. Au fond, pause pour un petit encas puis traversée du village.

Ça monte assez raide de ce côté et on met un peu de temps à retrouver le début du chemin. Je m’arrête régulièrement tous les 100 pas pour reprendre mon souffle et reposer les cuisses. J’ai peut-être présumé de mon état de forme en proposant de redescendre si bas.

Belle plaine herbeuse avec des rochers pour le pic-nic, on se fait une bonne pause au soleil mais couverts tout de même : le vent souffle et est bien frais. Un peu humide par endroit de l’orage de la veille.

Dernière montée, ça déroule assez bien. Un petit rafraîchissement pour la route à une fontaine de source au goutte à goutte.

Arrivée au col Girardin, qui redonne de la vue sur le Queyras, toujours magnifique, et un premier aperçu sur le très bleu lac Saint-Anne. Trop fatigué pour faire l’aller-retour jusqu’au poste optique (1) sur l’arête. Il faut savoir se modérer, il reste plus d’une semaine à découvrir le coin.

Descente sur un sentier tassé du mélange terre/pierrier. On étudie la face pour voir ce qu’elle peut donner en ski de rando, et si le replat peut-être évité pour les surfeurs.

Pause au bord du lac Saint-Anne, à l’eau bien froide. Il y a pas mal de monde car son accès est assez rapide depuis le parking d’où nous sommes partis le matin.

Poursuite de la descente , les jambes un peu lourdes, pour retrouver le sentier de l’aller puis le parking. Il semblerait qu’un tracé tout en descente soit possible l’hiver en snow, en passant par une nouvelle piste noire sur la fin. Qui sait pour un futur séjour neige dans le coin.

Les parapentes sont de sortie quand on rentre au camping. Il fais plutôt frais, j’enfile la doudoune pour le repas et coucher tôt ce soir.

Tracé de la sortie

(1) Ce poste optique est l’un des maillons d’un réseau de postes optiques construits en 1899/1900 par l’armée françaises sur les sommets des Alpes Françaises. Ces postes optiques permettaient de transmettre/recevoir des messages en morse via des faisceaux lumineux orientables à travers la chaîne alpine depuis Nice jusqu’au Lac Léman et au delà Paris, et de surveiller les frontières avec l’Italie.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.